Poèmes

"L'amour  est comme une petite pluie fine qui tombe doucement mais qui fait déborder les rivières."

Proverbe Africain.

La Danse de l'instant

Un homme et une femme tournent,

Attirés comme des aimants,

Amants de la danse,

Un instant.


Regard

Je te regarde agir,

De tes mains naissent des caresses,

Des prises, des élans.

De tes mains naissent des oeuvres,

Que tu offres à ton âme.

Des gestes qui soignent,

Des gestes pour dire,

Combien la vie peux être grande et belle,

Lorsque tu sens le regard de l'amour,

Se poser sur toi, à contempler ce que tu es.

Dans ce moment, tu sens éclore

Dans les profondeurs de ton être ,

La passion de vivre

La passion de créer

La passion d'aimer.

L'enfant a besoin

De ce regard pour grandir.

L'enfant est en chacun de nous.


Elan

Les tourbillons du vent ,

enflent le dos de la mer.

Frottée, peignée, par ces traits

lancés à plein poumon,

Elle se prépare à s'unir

au ciel hurlant,

Clamant ensemble,

leur unité retrouvée.


Deux chemins

J'ai marché avec toi

un jour, une année, une vie

Et pourtant, aujourd'hui,

nous ne cheminons plus ensemble.

Qu'en est il en vérité ?


Les noces

Le jour béni,

où l'âme et le corps se trouvent,

Les anges et les guides,

sont là.

Heureux de célébrer la noce

et protéger le miracle de la vie.


Echange

A sa plainte, il lui dit:

"L'Océan que tu es se perdrait

dans le monde, sans que je te retienne."

Et elle lui répondit:

"L'Océan que je suis

Irait dans le monde, avec ton aide."


Elle dit

De elle à moi, la vie se dit...

par ses formes, elle dit son élan.

par ses couleurs, elle dit sa force.

par ses ombres, sa retenue.

par la lumière, elle dit sa joie.

par ses nuances, son intélligence.

par ses courbes, elle dit sa douceur.

par ses droites, elle crie son urgence.

par ses pleins, elle se raconte.

par ses vides, elle dit ce qui pourrait être.

et pour accomplir son ouvrage,

elle devient souffle.

Tendu

Combien de pas ferai je ?

 sur ce fil tendu,

entre l'espoir et l'oubli.

Tel un équilibriste marchant sur la Terre,

avec de chaques côtès,

les vides vertigineux,

du passé et du futur.

Vampires chimériques,

demandant sans cesse d'être visités.

Je marche sur un fil,

tramé par le présent,

aussi chargé et dense que le granit,

et pourtant,

éthéré,

et lumineux.


Une

Plusieurs voix se partagent mon corps,

certaines sont un soutient,

mais d'autres sont violentes,

à me déchirer l'âme.

Parmis elles, une, peine à se faire entendre,

elle est murmures, et incantations,

à force d'être baffouée.

Elle  est ma voix.


Beau

C'est beau, comme un coeur qui bat,

comme une ombre cherchant la lumière,

comme un cri, enfin entendu,

comme un signe, qu'une femme dépoussière,

comme l'ange, qui s'est blotti sur ton épaule,

comme la sagesse, enfin reconnue,

comme l'orage, qui se déchaîne,

comme la fée, me murmurant ses paroles,

comme une voiture, qui te sourit,

comme un pont, qui se jette, par dessus l'enfer,

comme un sourire, désiré, espéré, puis donné

comme la lyre, qui fait vibrer mon âme.


Gens...

Gens...féroce

gens...tant

gens...ty

gens...bon

gens...d'arme

gens...vent

gens...sans

gens...sang

gens....rend

gens...rage

gens...file

gens...qui sont les gens ?


Ballade

Joie et Tristesse

Vont,

main dans la main.

l'une, perle profonde

l'autre, étincelle de vie.

échangent leurs larmes,

pour en rire.


 Alcool

Au feu de ton brasier, j'ai plongé

Lourd de mon erreur, j'ai marché

Crispé, l'ombre de moi même

Ouragan pour mon esprit, qui

Ose aujourd'hui la vie,

Le plus sûr chemin vers le bonheur.

Pas à pas

Le passé est passé.

Maintenant,

est un présent.


Sans fard

Au coeur du silence est un chant

au coeur de la faim, un festin

 au coeur de l'oubli, la mémoire

au coeur de l'isolement, une présence

au coeur du masque, une âme

et au coeur de l'ombre, la lumière.


 Recette

J'ai dans ma poche un porte bonheur,

si petit que je l'oublie,

Chaque jour, il me crie !

Je suis là ! tu me vois !

Puis un jour, vidant mes poches,

je l'ai trouvé.


Guides

Depuis les premiers jours,

Des anges me guident,

 Qui sont ils dans leur bonté ?


 Toi

J'accueille ton corps,

ta chaleur, ton odeur

Ta lumière.


 Montée

Force de vie grandit,

Grossit.

Force obscure, refus obstiné

 Origine de la douleur.

Cri d'alarme , de détresse, de rébellion.

 La douleur est un cri d'enfant !


 Larmes intérieures

Les cris et les sanglots de mon coeur

Ont coulés silencieusement  sur ma vie,

La joie seule,

Sécha comme un mouchoir,

 Des parcelles miraculées.


 Dénouement

 Une chance !

celle d'être en vie

Matière dans la matière

Animée du cosmos

Imprégnée de Dieu

 La pression folle

De mon esprit

Ensemence ma vie.

Flot de rêves,

déluge de pensées

traversent mon coeur

comme les vagues

inlassables

de la mer.

Epuisant les résistances,

m'amenant patiemment,

à céder,

à l'expression de la vie.


 Vision

Mer d'hiver,

plaine noire,

sous le ciel étoilé.

Tu envoies tes vagues,

sur la plage,

où je t'écoute,

la nuit tombée.